DRAG
épilation laser sopk
Épilation laser + Traitements

L’épilation laser chez les patients atteints du SOPK

Près de 13% des femmes sont aujourd’hui concernées par le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). Les déséquilibres hormonaux engendrés sont la source de taux élevés d’androgènes, de règles irrégulières, d’infertilité ainsi qu’entre autres de kystes dans les ovaires. 

Cette maladie a une incidence sur la santé à long terme, aussi bien sur le bien-être psychologique que physique. Ainsi, en médecine esthétique il est possible de traiter les problèmes de pilosités liés au SOPK par l’épilation laser.

Quel est le lien entre SOPK et pilosité ?

Le syndrome des ovaires polykystiques est directement lié à un dérèglement hormonal. Ainsi, les taux d’hormones (testostérone, œstrogène, insuline…) sont perturbés, ce qui peut entraîner des symptômes physiques n’apparaissant généralement pas chez les personnes non atteintes du SOPK.

Lorsque les niveaux de testostérone sont trop élevés, la pilosité corporelle et la pilosité faciale peuvent se développer anormalement et donner lieu à des symptômes d’hirsutisme. Les poils sont plus nombreux, plus épais et plus sombres. Ils peuvent également apparaître sur des zones où la pilosité n’est généralement pas développée chez les femmes : le visage, le ventre, ou encore la poitrine.

L’épilation laser : un traitement adapté

Efficacité du traitement

Le traitement permanent de l’hirsutisme engendré suite au développement d’un SOPK est possible grâce à l’épilation au laser. Il s’agit du traitement dépilatoire le plus performant du marché quant à sa durée d’efficacité.

Ceci est possible grâce à la puissance du laser qui vient capter chaque poil individuellement à leur racine. Les impulsions lumineuses permettent donc de détruire les bulbes pileux, et empêchent les poils de repousser par la suite.

Il faut compter en moyenne un cycle de 6 à 10 séances pour détruire 90% des poils d’une zone, puis effectuer environ une séance de retouches annuelle pour prendre en charge les poils tenaces.

Comment se déroule une séance d’épilation laser chez un patient atteint du SPOK ?

Dans le cadre d’une épilation laser indiquée suite à un syndrome des ovaires polykystiques, le traitement doit être réalisé par un médecin lasériste. En effet, il est important que le patient soit pris en charge directement par le médecin, sans délégation possible à son assistante.

Le rendez-vous d’épilation laser se déroule de manière classique. Ainsi, la zone doit avoir été rasée 24h à 48h à l’avance afin qu’il n’y ait qu’un début de repousse. Ceci permettra au praticien de définir les paramètres de réglages de la machine tout en garantissant la sécurité du patient.

La séance débute par la définition de la zone à l’aide d’un crayon blanc, puis du passage du laser petit à petit, permettant une grande précision. Enfin, une crème apaisante est appliquée pour hydrater la peau temporairement fragilisée.

Le laser est indiqué pour toute personne quel que soit son phototype, à condition que le poil soit suffisamment foncé pour être détecté par le laser.

Prise en charge et coût du traitement dans le cas d’un SOPK

Chez les patients atteints d’hirsutisme déclaré à la suite d’un SOPK, il existe une prise en charge par la sécurité sociale

Cette prise en charge est possible chez les patients ayant rencontré un spécialiste, puis ayant constitué un dossier avec des résultats d’examens démontrant que les troubles de la pilosité sont liés à un syndrome hormonal.

A l’issue du dépôt de la demande auprès de la caisse d’assurance maladie, le patient obtiendra une réponse quant à l’acception de remboursement des soins, ainsi que le taux de prise en charge si la demande est acceptée.

Il est indispensable de prendre un rendez-vous de consultation auprès d’un médecin lasériste afin d’échanger sur la faisabilité du traitement.

Prise de rendez-vous en ligne

X